Vous êtes ici

L’AFP reste à vos côtés partout dans le monde

Dans les circonstances exceptionnelles de la pandémie de Covid-19, l’AFP est plus que jamais à vos côtés pour vous informer où que vous soyez dans le monde, grâce à notre réseau déployé sur toute la planète.

Avec le double impératif de continuer à vous assurer nos services et de la sécurité de nos équipes, l’Agence a rapidement adapté ses modes de fonctionnement, et ce dès le démarrage de l’épidémie en Asie. L’AFP avait alors assuré une couverture multimédia exclusive depuis la ville chinoise de Wuhan, épicentre de la crise naissante ; depuis lors la robustesse et l’étendue de notre réseau nous ont permis de vous faire suivre son développement en temps réel, notamment en Live vidéo, comme à Séoul, Téhéran, Milan puis Rome, et d’assurer désormais des couvertures intensives en France, en Espagne ou aux Etats-Unis. Nous avons mis en œuvre l’organisation et les moyens de poursuite de l’activité, pour nous-mêmes comme pour nos clients. Notre réseau de journalistes, déployé dans 151 pays, continue d’opérer, même si la majeure partie des équipes sont en confinement. Nous mettons notamment à votre service l’expertise de nos journalistes spécialistes Santé à Paris ou Washington, exploitons toutes les ressources de la data, du graphisme, à l’appui de dépêches explicatives et de mise en contexte, en sus des reportages à hauteur humaine. Sous de strictes contraintes de sécurité, nos reporters, tout particulièrement en vidéo et en photo, travaillent pour vous donner à voir et à entendre les voix et les visages de cette crise sans précédent, sur tous les continents.

La couverture de cette dominante mondiale est aussi celle de la désinformation massive via les réseaux sociaux : l’AFP est là aussi plus que jamais au cœur de sa mission de veille, de décryptage et d’établissement des faits. Via notre réseau mondial de fact-checking et dans le cadre de notre ambition d’éducation aux médias, nous permettons aux citoyens de bénéficier des ressources du blog Factuel, qui à ce jour a déjà traité plus de 200 fausses informations sur le virus.