Vous êtes ici

L’AFP porte plainte après l’agression contre une de ses équipes

L’Agence France-Presse va porter plainte à la suite de l’agression dont a été victime une de ses équipes, samedi à Paris lors d'un rassemblement anti-pass vaccinal organisé par le mouvement Les Patriotes de Florian Philippot.

« L’AFP dénonce la banalisation des agressions, verbales et maintenant physiques, contre ses équipes et s’inquiète du nouveau degré de violence atteint », a déclaré son PDG, Fabrice Fries, ajoutant : « L’AFP est déterminée à défendre l’exercice du métier de journaliste sur le terrain et va porter plainte dès lundi ».

Une des deux journalistes reporter d’images (JRI) a été violemment prise à partie par un homme cagoulé muni d’un mégaphone, qui a proféré des menaces de mort à son encontre, et elle s’est retrouvée rapidement entourée par au moins une cinquantaine de manifestants.

Les deux agents de sécurité qui accompagnaient l’équipe de l’AFP se sont alors interposés pour permettre aux deux journalistes de se mettre à l’abri. Les agents de sécurité ont été frappés, notamment à coups de matraque. Les gardes et les journalistes rapportent avoir été menacés de mort avant que l'un des agents de sécurité ne reçoive une bouteille sur la tête, lui ouvrant le cuir chevelu.

Il s'agit de la deuxième agression dont est la cible une équipe de l'AFP couvrant des manifestations contre le pass sanitaire. En juillet 2021, deux JRI avaient reçu crachats et injures lors d'une manifestation organisée par M. Philippot.