Vous êtes ici

Communiqués de presse et newsletter

Le reporter ivoirien Manféi Anderson Diédri et le Camerounais Arison Tamfu lauréats 2016 du prix africain de vérification des faits

En 2017, le prix, soutenu par l’AFP, sera ouvert aux étudiants en journalisme.

Manféi Anderson Diédri, du site Eburnietoday.com, s’est vu décerner le premier prix de vérification des faits dans la catégorie « média francophone africain ». Il a été récompensé pour son rapport sur les fausses déclarations du gouvernement ivoirien au cours d’un conflit foncier, dans le centre du pays. Arison Tamfu, du Journal du Cameroun, a été primé dans la catégorie « média anglophone », pour son rapport sur les déclarations du chef d’Etat camerounais, Paul Biya, qui avait annoncé avoir remis des ordinateurs à « chaque étudiant d’universités publiques ou privées camerounaises ».

Le Zimbabwéen Phathizwe Mongezi Zulu et le Nigérian Dayo Oketola étaient aussi finalistes, nommés par l’Africa Check, première organisation indépendante de vérification des faits d’Afrique. Phathizwe Mongezi Zulu était nommé pour son travail pour l’institut sud-africain AmuBhungane et pour les sites GroundUp sur l’achat d’un avion par le roi Mswati III. Dayo Oketola, du journal nigérien Punch Newspaper, avait pour sa part enquêté sur le financement par des fonds publics d’un opérateur satellite de communications.

Les lauréats reçoivent chacun un prix de 2.000 dollars. Les deux finalistes ont quant à eux reçu la somme de 1.000 dollars.

Le prix Africa Check, organisé par l’African Media Initiative (AMI), est soutenu par l’AFP et la fondation Shuttleworth.

Lors de la remise des prix jeudi à Nairobi, le directeur général d’Africa Check, Peter Cunliffe-Jones, a annoncé la création d’une nouvelle catégorie pour l’édition 2017. Elle récompensera le meilleur rapport de vérification des faits publié par un étudiant en journalisme à travers le continent, avec un premier prix s’élevant à 500 $.

Il a également tenu à remercier les sponsors et organisateurs du prix, ainsi que les quatre membres de son jury, présidé par le PDG de l’AMI, Eric Chinje qui a déclaré : « Dans cette période où la vérification des faits a été au cœur de l’actualité, les critères de sélection n’ont jamais été aussi élevés ; nos lauréats ont démontré l’importance de ne pas seulement rapporter des déclarations de personnalités publiques, mais aussi de les remettre en cause et d’évaluer leur véracité. »

« Le déroulement de l’année 2016 a confirmé la nécessité, pour tous journalistes, de maîtriser les outils de vérification des faits. Nous espérons aussi que les écoles de journalisme d’Afrique auront l’envie et l’impulsion de présenter leurs élèves à ce prix d’importance », a ajouté Peter Cunliffe-Jones.

Au total, 130 candidatures ont été reçues en 2016, réunissant des journalistes de 22 pays du continent.

Africa Check a été lancé en 2012 par la Fondation AFP, en partenariat avec le département de journalisme de l’université de Witwatersrand à Johannesbourg, en Afrique du Sud. L’organisation a développé l’année dernière un site au Sénégal en version française, et opère aujourd’hui dans quatre pays, y compris au Nigéria et au Kenya.

 

A propos de l’AFP

L’AFP est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale. Des guerres et conflits à la politique,
au sport, au spectacle jusqu’aux grands développements en matière de santé, de sciences ou de technologie. Ses 2.326 collaborateurs, de 80 nationalités différentes, répartis dans 150 pays, rendent compte en 6 langues de la marche de la planète, 24 heures sur 24.

Télécharger la version PDF