Vous êtes ici

Au fil de l'AFP

Premier point d’étape sur le projet CrossCheck

Le site de vérification CrossCheck, réalisé en partenariat avec 37 médias français et internationaux dont l’AFP, a été lancé en février 2017 « avec l’élection présidentielle française en ligne de mire ». 

 

Les premiers chiffres sur ce projet montrent l’intérêt des internautes pour une information juste :

  • 584 questions envoyées par le public entre le 26 février et le 8 mai 2017
     
  • 63 sujets vérifiés
     
  • 1,2 million de vues sur Facebook
     
  • 4 700 followers pour @crosscheck (4 853 aujourd’hui)
     
  • A titre d’exemple, le sujet crosschecké par Juliette Mauban-Nivol sur l’enfarineur de François Fillon fiché S selon Valeurs actuelles, a recueilli plus de 800 000 vues sur Facebook.

Le nom CrossCheck, terme anglais pour la contre-vérification, décrit la méthode adoptée par tous les journalistes de ce réseau. En effet, chaque journaliste partage avec ses confrères observations et données détaillant les recherches effectuées pour évaluer la véracité d’un contenu. Dans certains cas, ils arrivent facilement à dire si quelque chose est vrai ou faux, mais dans d’autres, il est plus complexe de se prononcer. Et parfois, il est même impossible de trancher entre le vrai ou le faux. De même, le résultat des investigations peut établir la véracité d’une information, mais indiquer que son contexte est trompeur, etc. Les conclusions sont publiées uniquement une fois qu’au moins deux partenaires ont étudié et validé les vérifications.