Vous êtes ici

Au fil de l'AFP

La directrice de l'Information de l'AFP va quitter ses fonctions

La directrice de l'Information de l'Agence France-Presse (AFP), Michèle Léridon, a annoncé mardi qu'elle allait quitter prochainement ses fonctions, souhaitant "passer le témoin" après avoir occupé ce poste plusieurs années, et alors qu'un nouveau chapitre s'ouvre pour l'agence de presse. Après quatre ans et demi à ce poste "je passe le témoin", a annoncé la responsable lors d'une conférence de rédaction mardi matin. "Entre quatre et cinq ans à ce poste, c'est bien", a-t-elle estimé.

Ce départ intervient dans une phase nouvelle pour l'agence de presse, dont le PDG Fabrice Fries, qui a succédé au printemps 2018 à Emmanuel Hoog, a lancé à l'automne dernier un "plan de transformation". Celui-ci prévoit la suppression de 125 postes nets sur 5 ans (soit 5% des effectifs à fin 2017), parallèlement au développement des recettes commerciales, dans le but de ramener les comptes de l'agence à l'équilibre en 2021. "A la demande de Fabrice Fries, j'avais accepté d'assurer la transition. Nous sommes arrivés à une nouvelle étape. Avec le plan de transformation de l'AFP, je pense qu'il faut une nouvelle énergie pour le porter", a expliqué la directrice de l'information. Elle a souligné avoir annoncé son prochain départ dans un souci de transparence, dans la mesure où elle pourrait se porter candidate à des postes soit "en interne à l'AFP, soit à l'extérieur". "On savait que cela viendrait un jour, mais cela reste un évènement", a réagi Fabrice Fries en conférence de rédaction, remerciant Michèle Léridon d'avoir accepté de "l'accompagner" dans sa prise de fonction. "Michèle faisait l'unanimité, sur un poste difficile", a-t-il souligné, précisant que le nom de son remplaçant serait annoncé au plus tard durant la 3e semaine de janvier.

De son côté, le Syndicat national des journalistes (SNJ), premier syndicat au sein de la rédaction de l'AFP, a estimé sur Twitter que ce départ "sonne comme un désaveu d'un plan de suppressions d'emplois insoutenable, qui doit toucher des dizaines de postes de journalistes". Première femme nommée à ce poste, Michèle Léridon a notamment contribué à développer les activités de l'agence dans la vidéo et la lutte contre la désinformation (ou "fact checking"), et impulsé des mesures en faveur d'une meilleure représentation des femmes dans les contenus produits par l'AFP. Créée à la Libération, l'AFP est présente dans 151 pays et emploie environ 2.300 collaborateurs de 80 nationalités différentes, qui produisent chaque jour plus de 5.000 dépêches, 3.000 photos et 250 vidéos.

Contactez l'AFP

Vous avez une info, un commentaire à transmettre à l'AFP ? Écrivez-nous par...