Vous êtes ici

Prix et récompenses

Le prix de la presse diplomatique 2015 décerné au journaliste burundais Esdras Ndikumana (AFP et RFI)

Le prix 2015 de la presse diplomatique française a été décerné mercredi au journaliste burundais Esdras Ndikumana, correspondant depuis 2001 de l'Agence France-Presse et depuis 2002 de Radio France Internationale, pour sa couverture de la crise politique au Burundi, a annoncé l'Association de la presse diplomatique française (APDF).

Esdras Ndikumana prix Presse diplomatique 2015 © AFP / MIGUEL MEDINABurundi-based AFP journalist Esdras Ndikumana poses at the Agence France-Presse (AFP) headquarters in Paris on October 19, 2015. Ndikumana, 54, was taking pictures at the scene of the assassination of a top general in the capital Bujumbura on August 2, when he was arrested by members of the National Intelligence Service (SNR). He was held for around two hours, during which he was subjected to severe beatings on his back, legs and the soles of his feet.

Esdras Ndikumana, 54 ans, actuellement réfugié au Kenya, est aussi récompensé "pour ses analyses de la situation dans la région des Grands lacs". Ce journaliste "illustre par ses compétences, son courage et son talent la difficulté d’être journaliste aujourd’hui dans un pays en crise", a précisé dans un communiqué l'APDF.

Le prix, décerné chaque année par le comité de l'APDF, est destiné à récompenser un journaliste professionnel pour son travail sur un sujet de l'actualité internationale. Il est pour la première fois décerné à un confrère étranger.

Esdras Ndikumana, arrêté le 2 août à Bujumbura par les forces de sécurité gouvernementales alors qu'il prenait des photos sur les lieux d'une attaque à la roquette, avait été violemment frappé au dos, aux jambes et sur la plante des pieds, avant d'être relâché et hospitalisé.

Considéré comme l'un des meilleurs spécialistes de la région, il avait dû ensuite rapidement quitter le pays par crainte pour sa sécurité. RFI, l'AFP et le journaliste ont déposé plainte contre X au Burundi.

Le Burundi est plongé dans une crise politique majeure depuis l'annonce fin avril de la candidature du président sortant Pierre Nkurunziza à un troisième mandat, jugé contraire à la constitution par l'opposition. 

Les violences liées à la crise ont déjà fait plus de 240 morts selon l'ONU, et la communauté internationale craint qu'elle ne débouche sur des exactions à grande échelle, dix ans après la fin de la guerre civile, dans un pays dont l'histoire post-coloniale est marquée par des massacres entre majorité hutu et minorité tutsi.

D'un montant de 2.000 euros, le prix de l'APDF sera remis en janvier à Esdras Ndikumana par le président de l'Association, Jacques Hubert-Rodier (journal Les Echos), lors d'une cérémonie au ministère des Affaires étrangères en présence du chef de la diplomatie française.

L'APDF compte quelque 140 membres. Le prix 2014 avait été décerné au journaliste indépendant Harold Thibault, 30 ans, pour une série d'enquêtes sur la lutte anticorruption menée sous le président Xi Jinping. En 2013, il avait été attribué à la journaliste franco-syrienne indépendante Hala Kodmani pour sa couverture de la situation en Syrie.

Le prix 2015 de la presse diplomatique française a été décerné mercredi au journaliste burundais Esdras Ndikumana, correspondant depuis 2001 de l'Agence France-Presse et depuis 2002 de Radio France Internationale, pour sa couverture de la crise politique au Burundi, a annoncé l'Association de la presse diplomatique française (APDF).