Vous êtes ici

Actualité de l'AFP

Une exposition et 3 projections AFP à l'affiche de Visa pour l'Image

Le Festival International de photojournalisme Visa pour l'Image fête son 25ème anniversaire du 31 août au 15 septembre 2013 et expose cette année le travail de Phil Moore.

Phil Moore, photographe basé à Nairobi (Kenya), collabore avec l’AFP en Afrique et au Proche-Orient (Somalie, Ouganda, Soudan, Lybie et Syrie) et expose cette année « Un cycle de violence – le M23 en République Démocratique du Congo »  au couvent des Minimes. Il a assisté à la fuite de milliers de réfugiés suite aux violents combats à l’est du pays et aux déplacements du M23 dans les montagnes congolaises.
En avril 2012, un groupe d’anciens rebelles réintégrés dans l’armée régulière congolaise s’est de nouveau mutiné pour reprendre l’insurrection dans l’est de la République démocratique du Congo.
Il porte le nom de M23, en référence aux accords de paix du 23 mars 2009. Au cours de l’été 2012, ces soldats ont déserté, prétextant de mauvaises conditions de vie et des soldes insuffisantes. Ils ont alors repris le combat contre les forces gouvernementales et se sont emparés de territoires entiers de la province déjà instable du Nord-Kivu. Environ deux millions de personnes ont déjà fui le conflit.

Dans le cadre des projections de soirée de la semaine professionnelle, Visa pour l’Image rendra hommage le mercredi 4 septembre à Qais Usyan, reporter-photographe AFP qui est décédé prématurément à l’âge de 25 ans. Il travaillait depuis un an et demi pour l’Agence à Mazar-i-Sharif (Afghanistan), d’où il était originaire. Qais avait d’abord voulu devenir radiologue, puis avait bifurqué vers les sciences politiques. Mais sa passion pour la photographie, la peinture et les arts l’avait rattrapé. Il sillonnait la région pour couvrir les inondations, les tremblements de terre et il s’approchait, grâce à ses contacts, des insurgés talibans. A Mazar-i-Sharif, il militait activement au sein d’un mouvement pour le droit des femmes. Il s’est éteint le 9 février dernier, laissant une femme et un fils de deux ans.

Egalement le mercredi 4 septembre, une autre projection sera consacrée à Jose Cabezas, reporter-photographe de l’AFP basé à San Salvador. Cabezas, né à Los Angeles en 1971 et de nationalités salvadorienne et américaine, a suivi l’évolution du pacte de non-agression entre les bandes « Barrio 18 » et « Mara Salvatrucha » (MS-13) dans les quartiers les plus dangereux de la capitale, ainsi que dans les prisons où sont retenus les chefs de ces deux bandes criminelles qui sévissent dans les quartiers populaires de la capitale San Salvador et jusqu’au-delà des frontières.

Le festival mettra également à l’honneur - dans le cadre d’une projection le 5 septembre - le travail du reporter-photographe bahreïni Mohammed Al Shaikh, en poste pour l’AFP à Bahreïn, qui couvre le mouvement de contestation animé par la majorité chiite contre la monarchie sunnite des Al-Khalifa du royaume de Bahreïn.

Dotée d’un réseau de 500 photographes, régulièrement récompensés par les prix internationaux les plus prestigieux, l’AFP, qui diffuse plus de 3.000 photos par jour, dispose d’un savoir-faire et d’une couverture photo reconnus.