Vous êtes ici

Actualités

Brésil : dernier adieu à Joao Gilberto à Rio

AFP / IAN CHEIBUB La femme de Joao Gilberto, Maria do Ceu Harris, participe à la veille funèbre en hommage au chanteur à Rio de Janeiro, le 8 juillet 2019.

Plusieurs centaines de Brésiliens se sont rendus lundi matin au Théâtre municipal de Rio de Janeiro pour la veillée funèbre de Joao Gilberto, un des pères de la Bossa Nova, qui s'est éteint samedi à l'âge de 88 ans.

Le cercueil à demi-ouvert, d'où émergeait le visage du chanteur, a été placé devant les escaliers majestueux du hall d'entrée de ce théâtre inspiré de l'opéra Garnier de Paris, un des symboles de la splendeur de Rio au début du siècle dernier.

De nombreuses couronnes de fleurs rendaient hommage au "maître des maîtres", comme on pouvait lire sur celle envoyée par la chanteuse de rock Rita Lee, une des icônes du mouvement tropicaliste, fortement influencé par Joao Gilberto.

La cérémonie était censée être réservée aux proches, mais quelques admirateurs anonymes se sont pressés sur les lieux dès les premières heures de la matinée.

Certains ont même emporté avec eux des instruments de musique, en hommage à celui qui a incarné la révolution culturelle de la Bossa Nova dans les années 50, aux côtés du compositeur Tom Jobim et du poète Vinicius de Moraes.

"Joao Gilberto représente une nouvelle ère de la musique, il a inspiré beaucoup de gens. Il n'est pas de mon époque, mais sa musique reste d'actualité. Un musicien phénoménal, qui inspire l'amour et la paix", a déclaré à l'AFP Paulo Afonso Sampaio, un chef d'entreprise de 43 ans présent avec sa guitare.

AFP/Archives / Marco HERMES Le chanteur et musicien brésilien Joao Gilberto lors d'un concert à Sao Paulo, le 14 août 2008

"Je ne l'ai jamais vu en concert, mais ça me donne la chair de poule d'être si près de lui aujourd'hui. J'ai apporté ma guitare pour qu'il continue à m'inspirer depuis l'au-delà", a-t-il ajouté.

Pour Mario Bastos, un avocat de 81 ans, Joao Gilberto "est une icône de la musique, qui entendait des sons que les autres n'arrivaient pas à entendre".

Joao Gilberto a vécu pratiquement la quasi-totalité des dix dernières années de sa vie reclus chez lui, en proie à des difficultés financières et des disputes familiales.

Il s'est produit pour la dernière fois en concert en 2008, à Salvador, dans l'Etat de Bahia (nord-est), sa région natale, dans le cadre d'une tournée pour célébrer les 50 ans de la Bossa Nova.

Un autre concert de cette tournée avait justement eu lieu au Théâtre municipal de Rio, qui a accueilli sa veillée funèbre.

L'enterrement aura lieu lundi après-midi à Niteroi, près de Rio, une cérémonie réservées aux proches.

Contactez l'AFP

Vous avez une info, un commentaire à transmettre à l'AFP ? Écrivez-nous par...