Vous êtes ici

Actualités

Le gratin du skate à Sao Paulo avec les JO à l'horizon

AFP/Archives / CARL DE SOUZA Le skateboarder multi-médaillé Shaun White fait le spectacle lors d'une séance d'entraînement à Saõ Paulo, le 9 septembre 2019

Les meilleurs skaters du monde vont se mesurer de jeudi à dimanche à Sao Paulo, au Brésil, pour une étape-phare dans la course à la qualification pour les JO de Tokyo-2020, où la discipline fera ses grands débuts olympiques.

Le skateboard fait partie des sports intégrant le programme olympique l'an prochain, au même titre que le surf, l'escalade et le karaté.

Deux épreuves olympiques de skate ont été retenues pour les JO-2020, le Park et le Street.

Cette semaine à Sao Paulo, les 160 participants disputeront l'équivalent des Mondiaux du Park, épreuve également connue sous le nom de Bowl, avec un parcours en forme de dôme.

Le parcours du Street, lui, comporte du mobilier urbain, comme des rampes et des escaliers.

En lice dans la mégalopole brésilienne, des stars comme l'Américain Shaun White, triple champion olympique de snowboard aux JO d'hiver, Pedro Barros, Yndiara Asp, Luiz Francisco, Heimana Reynolds, Misugu Okamoto ou Sakura Yosozumi.

Le World Skate Park Skateboarding World Championship de Sao Paulo attribue 80.000 points dans la course olympique, contre 60.000 pour les étapes du circuit Pro tour.

"On va tout donner, ce sera du jamais vu. Tout le monde sait que c'est une compétition importante, ce sera beau à voir", dit à l'AFP le régional de l'étape, le Brésilien Pedro Barros, numéro 1 mondial et huit fois champion du monde.

"C'est important d'offrir aux skateurs une ambiance unique, avec la ferveur du public brésilien, pour la compétition la plus importante de la saison. Nous allons marquer l'Histoire", promet Eduardo Musa, président de la fédération brésilienne de skateboard.

Sao Paulo accueillera également une étape du circuit mondial Street, les 21 et 22 septembre, avec pour enjeu de précieux points pour la course olympique.

Contactez l'AFP

Vous avez une info, un commentaire à transmettre à l'AFP ? Écrivez-nous par...