Vous êtes ici

Agence NEWS Press

Kagame demande une plus grande implication du secteur privé dans les affaires de l'Union Africaine


Le Président Paul Kagame a appelé à une collaboration accrue du secteur privé dans les initiatives clés de l'Union Africaine. Monsieur Kagame s'exprimait lors de la clôture du 30ème Sommet de l'Union Africaine hier à Addis Abeba, en Ethiopie.

Monsieur Kagame, qui a débuté son mandat de Président de l'UA dimanche, a déclaré à ses homologues que le secteur privé était désireux de s'impliquer en tant que partenaires essentiels dans la création d'opportunités et le renforcement de la prospérité. « A mesure que nous progresserons, j'encouragerai une collaboration plus étroite avec le secteur privé africain sur les initiatives clés de l'Union. La communauté des affaires est toujours désireuse de s'impliquer, et plus important encore, ils sont des partenaires essentiels dans la création d'opportunités et la construction de la prospérité dont notre continent a besoin « , a déclaré Monsieur Kagame.

Il a également appelé les pays africains à accorder plus d'attention à la conservation, disant que cela permettrait au continent de tirer le meilleur parti de ses atouts et une meilleure gestion des secteurs tels que l'agriculture et le tourisme. «Les Africains doivent prendre la tête, en partenariat avec des organisations mondiales aux vues similaires, en matière de conservation, car cela nous concerne directement. Conduire la conservation nous permettra de tirer le meilleur parti des atouts de notre continent, de contribuer à une meilleure gestion de nos secteurs de l'agriculture et du tourisme et de soutenir les efforts visant à atténuer les changements climatiques », a-t-il déclaré.

Répondant aux questions des membres de la presse, le Président a déclaré que les réformes de l'Union africaine prenaient de la vitesse car les pays et leurs dirigeants respectifs soutenaient le processus. «Les réformes nécessitent beaucoup de changement de mentalité, le changement ne se fait pas facilement, il exige du travail dur et parfois des prises de risques, mais le plus important est que le changement soit motivé par le besoin. Si les gens comprennent qu'il y a un besoin de changement, ils y réagiront ... Jusqu'à présent, il y a de bons progrès, car de plus en plus de gens se joignent à nous et nous continuerons à travailler ensemble », a déclaré Monsieur Kagame.

Concernant le mécanisme d'autofinancement de l'Union Africaine à travers le prélèvement de 0,2% sur les importations en provenance de l'extérieur du continent, il a mentionné que 21 pays appliquaient déjà les mécanismes alors que d'autres s'y préparaient. « Nous pouvons générer des ressources de nos propres pays et s'il est nécessaire d'impliquer des partenaires extérieurs, alors le soutien s'ajoutera à nos propres efforts. L'Afrique ne restera pas comme l'endroit qui dépend du reste du monde. Nous devons obtenir les résultats que nous voulons « , a-t-il déclaré aux journalistes.

Concernant la corruption, Monsieur Kagame a déclaré qu'il devrait commencer par le désir de se débarrasser du vice, couplé par des interventions telles que l'éducation, la construction de l'état de droit, les institutions et s'assurer que la corruption attire des sanctions indépendamment des contrevenants. La lutte contre la corruption a été l'un des principaux points de l'ordre du jour de l'Union Africaine cette année, avec le Président nigérian Mohammed Buhari à la tête de l'effort.

Source
Éditeur: PanorActu.com
"L'Actualité francophone du Rwanda, de l'Afrique et du monde"

Le réseau mondial de l'AFP

Le réseau mondial de l'Agence France Presse couvre 151 pays

En savoir plus
En savoir plus

Contactez l'AFP

Vous avez une info, un commentaire à transmettre à l'AFP ? Écrivez-nous par...