Vous êtes ici

Business Wire

Agendia présente à l'ASCO 2021 les données de l'étude novatrice FLEX montrant l'utilité de MammaPrint et BluePrint dans une large variété de populations de patientes

IRVINE, Californie & AMSTERDAM

Agendia, Inc., chef de file mondial de l'oncologie de précision pour le cancer du sein, annonce que de nouvelles données issues du registre national FLEX, le premier du genre, ont été présentées aujourd'hui lors du Congrès annuel 2021 de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO).

L'étude FLEX, réalisée par des cliniciens à travers les États-Unis, utilise une infrastructure d'étude partagée pour développer et étudier des hypothèses pour des sous-ensembles de patientes ciblées, basées sur des données transcriptomiques complètes, et annotées avec plus de 800 éléments de données cliniques. FLEX permet à divers groupes de patientes et à leurs médecins de participer à un essai clinique, même si elles ne vivent pas à proximité d'un grand centre de recherche.

"FLEX a encore démontré sa pertinence grâce à l'énorme quantité de données croissantes auxquelles nous avons accès en tant qu'oncologues et chercheurs", a déclaré Cynthia X. Ma, DM, PhD, oncologue et IP nationale de FLEX à la Washington University School of Medicine de St. Louis. "La nature collaborative de ce registre offre aux médecins la possibilité d'étudier les hypothèses formulées dans nos pratiques du monde réel à l'échelle nationale, afin de répondre à des questions d'importance clinique et d'intérêt scientifique. La profondeur et la pertinence clinique de nos résultats sont perceptibles dans toute la communauté du cancer du sein."

Lors de la conférence virtuelle ASCO 2021, Agendia et ses partenaires de recherche ont présenté une mise à jour générale de l'essai FLEX actuellement en cours, sous la forme d'un poster intitulé "The FLEX real-world data platform explores new gene expression profiles and investigator-initiated protocols in early stage breast cancer."

Le potentiel de FLEX pour répondre à des questions cliniques pertinentes et urgentes a été illustré par les données présentées dans un poster intitulé "Whole transcriptome analysis comparing HR+ HER2- breast cancer tumors from patients <50 years and >50 years." L'étude a montré que l'analyse du transcriptome entier n'a identifié aucune différence substantielle dans l'expression des gènes entre les tumeurs HR+/HER2- chez les femmes atteintes d'un cancer du sein, indépendamment de leur âge (plus ou moins de 50 ans). Les données confirment l'explication probable selon laquelle le bénéfice apparent de la chimiothérapie en fonction de l'âge chez les femmes de moins de 50 ans atteintes d'un cancer à faible risque génomique, observé dans des essais récents, n'est pas dû à des différences biologiques intrinsèques au cancer du sein, mais plutôt à des différences dans les effets indirects de la chimiothérapie sur la patiente. Ces constatations renforcent le besoin essentiel d'une prise de décision partagée entre une patiente et son médecin en utilisant le profil d'expression génomique de la patiente dans le cadre d'un plan de traitement documenté.

"Nous sommes ravis de présenter une analyse basée sur l'âge de la génomique du cancer du sein au stade précoce, qui a retenu toute l'attention ces dernières années", a déclaré Cathy Graham, DM, FACS, directrice de la chirurgie du sein, Glenn Family Breast Center of Winship Cancer Institute à l'Emory Saint Joseph's Hospital, et première auteure d'un poster FLEX axé sur l'analyse en fonction de l'âge. "La tendance observée, qui suggère que le bénéfice de la chimiothérapie observé chez les femmes plus jeunes peut être un effet secondaire de la suppression ovarienne - et pas nécessairement les effets cytotoxiques de la chimio sur une tumeur - se vérifie à nouveau dans ces résultats et doit être prise en compte lorsque des alternatives potentiellement moins agressives sont disponibles."

Des données supplémentaires d'importance clinique pour le cancer du sein ER+ à haut risque ont été présentées par les chercheurs du projet FLEX, notamment Joyce O'Shaughnessy, DM, co-présidente de la recherche sur le cancer du sein et présidente de la recherche sur la prévention du cancer du sein au Baylor-Sammons Cancer Center et pour le US Oncology Network, et membre du conseil consultatif scientifique du US Oncology Research Network, dans un poster intitulé "Molecular profiles of genomically High Risk ER+ HER2- breast cancer tumors classified as functionally Basal or Luminal B by the 80-gene signature." Cette étude illustre l'identification par BluePrint d'un sous-groupe de tumeurs ER+ à haut risque qui sont génomiquement basales, et indique que l'analyse des profils d'expression du transcriptome entier révèle que ces cancers sont biologiquement plus proches des cancers ER- Basal (et du cancer du sein triple négatif) que des cancers ER+ luminal. Les tumeurs basales ER+ pourraient donc nécessiter un traitement plus agressif que les tumeurs luminales ER+, et confirme que BluePrint fournit des informations cliniquement exploitables au-delà du sous-typage pathologique et permet donc de guider les décisions de traitement néoadjuvant.

Une étude supplémentaire de la base de données FLEX a analysé la corrélation entre une caractéristique pathologique traditionnelle de mauvais pronostic, l'invasion lymphovasculaire (ILV), et les profils d'expression génétique. L'étude, intitulée "Gene expression associated with lymphovascular invasion and genomic risk in early-stage breast cancer", a été présenté par Nina D'Abreo, DM, directrice médicale, programme du sein, Winthrop University Hospital, Perlmutter Cancer Center, et ses collègues, et a illustré que les informations pronostiques potentielles obtenues à partir de la présence ou de l'absence de l'expression génique de l'invasion lymphovasculaire (ILV) sont probablement déjà capturées par MammaPrint et BluePrint. Il importe de noter que la présence ou l'absence d'ILV dans les cancers à faible risque de MammaPrint n'était pas associée à des différences perceptibles dans l'expression génique du transcriptome entier. L'ILV n'est actuellement pas prise en compte dans la plupart des évaluations cliniques du risque de cancer du sein et, même si d'autres études permettront d'évaluer les résultats cliniques, ces données suggèrent que MammaPrint et BluePrint pourraient être en mesure de combler une lacune actuelle dans la stratification des cancers du sein de stade précoce.

L'étude prospective à grande échelle FLEX d'Agendia demeure une précieuse source de données issues du monde réel dans l'une des conceptions d'étude les plus dynamiques et les plus inclusives de la recherche sur le cancer du sein à ce jour, confirmant la mission de notre entreprise qui consiste à aider à guider le diagnostic et le traitement personnalisé du cancer du sein pour toutes les patientes.

À propos d'Agendia

Agendia est une société d'oncologie de précision dont le siège social se trouve à Irvine, en Californie, et qui s'est engagée à fournir aux patientes atteintes d'un cancer du sein à un stade précoce et à leurs médecins l'information dont ils ont besoin pour prendre les décisions les plus efficaces pour toute la durée du traitement. L'entreprise propose actuellement deux tests de profilage génomique disponibles sur le marché, fondés sur les plus hauts niveaux de preuves cliniques et du monde réel, qui fournissent des informations génomiques complètes qui peuvent être utilisées pour identifier le traitement du cancer du sein le plus efficace possible pour chaque patiente.

MammaPrint®, le test de récurrence du cancer du sein à 70 gènes, est le seul test évaluant le risque de récurrence approuvé par la FDA et fondé sur des résultats prospectifs évalués par des pairs, ainsi que sur l'inclusion des directives de traitement nationales et internationales. BluePrint®, le test de sous-typage moléculaire à 80 gènes, est le seul test commercialisé qui évalue la biologie sous-jacente d'une tumeur afin de déterminer ce qui entraîne sa croissance. Conjointement, MammaPrint® et BluePrint® fournissent un profil génomique complet pour aider les médecins à prendre des décisions plus avisées dans le cadre des traitements pré et post-opératoires.

Agendia met au point des tests génomiques innovants fondés sur des données probantes et établit des partenariats avec des entreprises novatrices pour développer des outils de traitement numériques de prochaine génération. Les travaux de recherche en cours produisent un arsenal de données qui améliorent les résultats des patientes et répondent à l’évolution des besoins cliniques des patientes atteintes d’un cancer du sein et de leurs médecins à chaque stade de la maladie, du diagnostic initial jusqu’à la disparition du cancer.

Les tests d'Agendia peuvent être commandés sur des biopsies au trocart ou des spécimens chirurgicaux afin d'éclairer les décisions de traitement pré et postopératoires. Pour plus d'informations sur les tests d'Agendia et les essais en cours, rendez-vous sur www.agendia.com.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contact avec les médias
Terri Clevenger
Westwicke/ICR Healthcare PR
Tél : 203.856.4326
Terri.Clevenger@icrinc.com

 

© Business Wire, Inc.

Avertissement :
Ce document n’est pas un document de l’AFP et l’AFP ne peut être tenue responsable pour son contenu. Pour toute question concernant le contenu, nous vous demandons de bien vouloir contacter les personnes/sociétés indiquées dans le corps du communiqué de presse.