Vous êtes ici

Au fil de l'AFP

Une étude d’opinion révèle que 2 citoyens sur 3 estiment que les géants de la tech ont plus de pouvoirs que l’Union européenne

Dans les pays membres de l’Union européenne où la directive sur le droit d’auteur a été vivement débattue, 61% des citoyens s’inquiètent que les géants de la Tech puissent compromettre le fonctionnement des démocraties européennes, 87% sont en faveur d’une législation qui garantisse une rémunération aux créateurs.

Bruxelles, le 6 septembre 2018 – EUROPE FOR CREATORS publie aujourd’hui une nouvelle étude menée en France et dans sept autres pays de l’Union Européenne dont le vote peut basculer. Celle-ci démontre qu’une très large majorité de répondants (87%) soutient une législation qui protège les droits des créateurs vis-à-vis des géants de l’Internet. Les chiffres révèlent également une profonde inquiétude quant au fait que les plateformes numériques puissent mettre en péril les démocraties européennes. 67% des répondants estiment que les plateformes ont plus de pouvoirs que l’Union européenne, et 61% que la souveraineté et l’indépendance des pays européens sont compromises par l’influence des plateformes numériques. 

Le sondage en ligne, réalisé par Harris Interactive, a interrogé 6 600 citoyens âgés de plus de 18 ans en Espagne, Italie, Allemagne, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Grèce et France (pays où la directive a été débattue), pour comprendre leur perception des relations entre l’Union Européenne et les plateformes, ainsi que la protection et la rémunération des créateurs. Ces pays représentent près de 60% des députés européens et sont des décideurs clés dans le débat sur la directive sur le droit d’auteur.

« Ces résultats sont vraiment édifiants. Ils appellent à un réveil des députés européens, avant le vote de la directive sur le droit d’auteur le 12 septembre », a réagi Véronique Desbrosses, directrice générale du Groupement Européen des Sociétés d'Auteurs et Compositeurs (GESAC). « Les députés européens ont le futur de l’Union Européenne entre les mains. Les citoyens européens ont parlé, désormais les responsables politiques doivent agir. »

Le sondage a permis d'obtenir d'autres enseignements clés :

  • 66 % des répondants estiment que les plateformes numériques ne partagent pas correctement les revenus avec les créateurs dont le contenu est publié sur leurs sites. Les Français (76 %) et les Allemands (72 %) sont les plus catégoriques sur le déséquilibre actuel dans le partage des revenus.
     
  • 81 % des sondés pensent que les plateformes devraient mieux rémunérer les organes de presse. L’Allemagne (43 %) et la Roumanie (41 %) comptent le plus grand nombre de personnes en faveur de cette mesure.


« Ce sondage est le premier à analyser la manière dont est perçue l’influence des géants de la Tech sur le fonctionnement des démocraties en Europe. Les résultats démontrent clairement que les citoyens attendent des actions », déclare Jean-Daniel Lévy, directeur du département Opinion de Harris Interactive.

Cette étude a été menée entre le 24 et le 30 août 2018, en incluant un échantillon représentatif de la population dans les pays-cibles.

 

Voir les questions du sondage
 

En savoir plus sur le sondage