Vous êtes ici

Au fil de l'AFP

L’indépendance de la presse est dans les mains des députés européens

Le 12 septembre prochain, les députés européens voteront à Strasbourg sur le projet de directive européenne visant à corriger la situation qui permet aux plateformes de spolier les éditeurs de presse et les agences d’information de leurs contenus et des recettes publicitaires qui leur permettaient jusque-là de vivre.

La campagne de Google et Facebook contre cette réforme a été fondée sur une énorme « fake news » : la gratuité d’internet pour le consommateur serait menacée par le projet de directive sur le droit d’auteur. Il n’en a pourtant jamais été question.

Ce que le projet de directive veut changer est pourtant assez simple : mettre fin au fait que les géants du net captent sans contrepartie financière une large part de l’information produite à grands frais par les médias et les agences d’information tout en attirant à eux l’essentiel des ressources publicitaires qui permettaient jusque-là aux médias de vivre. Leur audience massive attire à eux une part toujours croissante de la publicité associée aux contenus, au point que Facebook et Google sont en train de créer un duopole de fait, récoltant 80% des investissements publicitaires mondiaux sur internet, Chine exceptée, en 2017.

Par cette réforme, ils devront dorénavant partager une petite fraction de leurs revenus (recettes publicitaires) avec les producteurs de ces contenus. Il s’agit ni plus ni moins que d’adapter la législation sur le copyright aux temps actuels, sachant que la dernière directive européenne sur le sujet date d’une époque où les Google, Facebook, YouTube ou les smartphones n’avaient pas encore vu le jour…

La question est au fond simplissime : pourquoi les plateformes toucheraient-elles la quasi intégralité des recettes publicitaires liées à la consultation d’articles dont elles n’ont pas financé la production ?

Les éditeurs de presse et agences d’information se retrouvent donc dans une situation ubuesque : ils sont ceux qui investissent massivement pour produire les contenus, qui envoient leurs journalistes parfois risquer leur vie pour assurer une information fiable, pluraliste et complète. Ils sont ceux qui doivent financer d’importants investissements pour être présents online. Mais alors que les tirages papier sont en chute et que le seul espoir réside dans le développement d’un chiffre d’affaires via l’internet, ils voient les plateformes capter gratuitement le fruit de ces efforts, les priver de la possibilité de monétiser leurs contenus et siphonner les recettes publicitaires qu’ils pourraient en retirer.

Le résultat, c’est la paupérisation de tout un secteur. En 20 ans, les géants du net ont laminé les médias dits historiques, en dépit des efforts de ceux-ci pour développer, le plus souvent avec succès, une audience numérique. Depuis 2000, les recettes publicitaires de la presse écrite ont chuté partout en Europe : - 70% en France par exemple. Résultat : des milliers de suppressions d’emplois de journalistes dans les médias sous l’effet d’une succession de plans sociaux. Moins 30% en Espagne. Aux Etats-Unis, patrie des Gafa, la presse écrite a perdu plus de la moitié de leurs revenus publicitaires en dix ans et les salles de rédaction 45% de leur effectif, ramené à 39 000 journalistes.

Ce double hold-up des géants du net, sur les contenus et sur les recettes publicitaires des médias, représente une menace pour le consommateur et pour la démocratie à mesure que les salles de rédaction se vident et que les moyens pour financer un journalisme de terrain de qualité se réduisent. C’est ce déséquilibre que le projet de directive européenne sur le droit d’auteur entend corriger, en créant les conditions d’une rémunération juste des auteurs.

Est-ce que les géants du net peuvent rétribuer les médias sans faire payer le consommateur ? La réponse est clairement oui : Facebook a enregistré en 2017 un chiffre d’affaires record de 40 milliards de dollars et des bénéfices de 16 milliards de dollars ! Google a réalisé 110 milliard de dollars de CA la même année, et dégagé un bénéfice de 12,7 milliards.  Qui peut dire dans ces conditions que les géants du net ne sont pas en mesure de rétribuer équitablement ceux qui produisent les contenus qu’ils exploitent ?

Alors qu’ils parviennent déjà à échapper à l’impôt en Europe, peut-on admettre qu’ils ne rémunèrent pas les fournisseurs de contenu qui, eux, paient leurs impôts et supportent les coûts de la collecte de l’information ? Les députés européens peuvent-ils accepter que les géants du net exploitent impunément le contenu produit par les médias en Europe ? Ne voient-ils pas que le risque est grand d’avoir des survivants de l’information de plus en plus dépendants des aides publiques, donc des impôts – et ainsi inféodés aux gouvernements ?

 Ramenons le débat à son cœur : il s’agit ni plus ni moins que d’introduire le principe d’une juste rémunération des médias. Les députés européens ont le devoir de faire aboutir la réforme du droit d’auteur qui est engagée. Il en va de la survie de la presse, du maintien de son indépendance de la presse et de la défense des valeurs démocratiques.

 

Contactez l'AFP

Vous avez une info, un commentaire à transmettre à l'AFP ? Écrivez-nous par...

Le réseau mondial de l'AFP

Le réseau mondial de l'Agence France Presse couvre 151 pays

En savoir plus
En savoir plus