Vous êtes ici

Au fil de l'AFP

Le point sur l'investigation numérique à l'AFP 

A la veille de la journée mondiale du fact-checking le 2 avril 2022 organisée par l'institut Poynter, tour d'horizon des activités de lutte contre la désinformation à l'AFP.

Depuis son lancement en 2017, la cellule d’investigation numérique de l’AFP s’est développée pour devenir le plus grand réseau au monde de journalistes experts dans ce domaine. A ce jour, l’AFP dispose de plus de 130 journalistes chargés des enquêtes numériques, répartis dans une trentaine de bureaux et couvrant plus de 80 pays en 24 langues. 

 

 

Le site AFP Factuel et ses déclinaisons dans 24 langues 

Créé en 2017, le site AFP Factuel vérifie les informations douteuses, trompeuses ou fausses qui circulent en ligne. Les journalistes d’AFP Factuel analysent les publications, les images et les vidéos virales pour déceler les fausses informations et portent une attention particulière aux affirmations véhiculant un discours, haineux, raciste, dangereux pour la santé et/ou pouvant porter atteinte à l'intégrité des personnes. 
Les journalistes, qui publient en 24 langues, se concentrent sur des sujets internationaux ou locaux. 
Sur les cinq continents l’AFP travaille en français, anglais, espagnol, portugais, arabe, polonais, catalan, bahasa indonésia, bahasa malais, thaï, slovaque, tchèque, polonais, roumain, néerlandais, birman, BCMS (bosnien, croate, monténégrin, serbe), allemand, finois, grec et hongrois. 
Pour bien comprendre le travail de l’équipe Factuel.
 

Les projets InVID et WeVerify  

En 2017, le Medialab de l’AFP a publié une extension de navigateur (utilisable sur Chrome et Opéra) dans le cadre du projet européen InVID (2016-2018) qui permet aux journalistes, aux fact-checkers, aux militants des droits de l’Homme, aux éducateurs et à tout un chacun de vérifier les fausses images et les fausses vidéos qui circulent sur internet et notamment sur les réseaux sociaux.  
C’est une boîte à outils avec plusieurs services permettant de vérifier les images fixes et animées. Ce « plugin » est utilisé par les principales rédactions qui font du fact-checking dans le monde. L’extension compte aujourd’hui plus de 67 000 utilisateurs actifs par semaine dans 222 pays.  
Deux méthodes de vérification sont utilisées : l’une endogène consiste à mieux examiner l’image ou le fichier numérique grâce à une loupe, un lecteur de métadonnées ou des filtres « forensiques », l’autre exogène qui consiste à récupérer des informations contextuelles sur le web et à faire des recherches par similarité d’images pour vérifier si ces images n’ont pas déjà été diffusées auparavant et indexées par l’un des principaux moteurs de recherche d’images. Le plugin utilise Google images, Bing, Yandex, Tineye, Baidu et Karma Decay.  
Une fois le projet InVID achevé fin 2018 après trois années d’activités, le Medialab et ses partenaires européens ont été à nouveau sélectionnés par l'Union Européenne pour un nouveau projet : WeVerify
WeVerify (2018-2021) a permis de doubler le nombre d'outils disponibles sur l'extension de vérification, désormais appelée InVID-WeVerify, notamment dans le domaine de l'analyse des réseaux sociaux mais aussi en matière de reconnaissance optique de caractères dans les images ou via un assistant permettant de guider les utilisateurs. 
Un troisième projet, financé par le Fact-checking Innovation Initiative (Facebook et IFCN) en 2021, EnVisu4, a permis quant à lui d’améliorer l’utilisabilité des outils forensiques de détection des manipulations dans les images et créer un nouvel outil CheckGIF pour créer une image animée en format GIF permettant de révéler visuellement l’ensemble des manipulations subies par une image trafiquée. 
 

L’opération Objectif Désinfox  

L’AFP se met au service d’une coalition de 23 médias français en donnant accès à des modules de formation en ligne, en assurant le soutien des membres de la coalition et en partageant gracieusement tous les articles de vérification rédigés à l’occasion des élections françaises 2022.  En savoir plus sur Objectif Désinfox
 

Le produit AFP FACTCHECK

L’Agence propose ses contenus d'investigation en 24 langues, aux médias qui souhaitent offrir à leur audience une réponse à la désinformation croissante. Les articles multimédias, sous forme d’enquêtes illustrées (photos, vidéos et sources), sont prêts à publier automatiquement.   

 Dans chacun de ses fact-checks, l’AFP explique ses méthodes de recherche et d’enquête, avec nombre d’illustrations ainsi que le fonctionnement des outils auxquels elle a recours. Elle permet ainsi à chacun d’effectuer les mêmes vérifications pour arriver aux mêmes conclusions sur l’existence d’une fausse information. 

 

Les partenariats avec l'European Digital Media Observatory (EDMO)  

 

A l’issue d’un appel d’offres, la Commission européenne a sélectionné en mai 2021 l’AFP pour participer à trois programmes européens sans précédent de lutte contre la désinformation, en France, en Europe de l’Est et au Benelux. Pour la première fois, le public de tous ces pays a accès à des sites où il peut à la fois découvrir des fact-checks en temps réel sur les principales fausses informations de la semaine, avoir accès à des recherches menées par des universitaires éminents sur la désinformation et apprendre à débusquer lui-même les fausses nouvelles grâce à des outils et tutoriels mis à leur disposition.  Pour la France, la plateforme DE FACTO lancée en janvier 2022, est portée par Sciences Po, l'AFP, le CLEMI – Centre pour l’éducation aux médias et à l’information, et XWiki SAS. 
Pour la Pologne, la Slovaquie et la Tchéquie, la plateforme CEDMO lancé le 10 février 2022, coordonné par l'université Charles à Prague. Les facts-checks sont fournies en tchèque, anglais, polonais et slovaque, par l'AFP et par les sites Demagog.cz, Demagog.sk, Infosecurity.sk et Konkret24. Le projet comprend également des recherches universitaires sur les circuits de désinformation, la réglementation et l'impact de la désinformation sur les médias, les communautés et la société de l'université polonaise SWPS, l'Université technique tchèque, l'Institut slovaque Kempelen des technologies intelligentes et l'université Saints Cyrille et Méthode. 
Pour la Belgique et le Luxembourg, le hub EDMO BELUX a été lancé le 15 février 2022. 

 

Le site Lakmusz.hu 

L’AFP a lancé le 11 janvier 2022 un site en hongrois consacré à la lutte contre la désinformation, en partenariat avec un média local - le site d’information renommé 444.hu - et des chercheurs de la une fondation universitaire hongroise, la Media Universalis Foundation, liée à la prestigieuse université Loránd-Eötvös (ELTE) de Budapest. 

 

La co-construction d’un code de conduite pour le fact-check européen 

L’AFP travaille avec Correctiv (Allemagne), Demagog (Pologne), Pagella Politica (Italie), EU DisinfoLab (Belgique) et Fundación Maldita.es (Espagne) au sein du European Fact-checking Standards Project (EFCSP) pour élaborer un Code de déontologie professionnelle destiné à aider les journalistes fact-checkers indépendants dans leur travail, avec le soutien de la Commission européenne. 

 

Le partenariat WhatsApp  

Depuis 2018, WhatsApp a noué des partenariats avec différentes organisations de fact-checking du monde entier dont l’AFP. 
Les internautes peuvent signaler sur WhatsApp une information douteuse, une citation qui les interpelle, une image semblant être retouchée. 
Pour la France, il suffit de cliquer ici : u.afp.com/whatsappfr 
Ces lignes WhatsApp AFP dédiées sont présentes au Brésil (+55 21 98217-2344), France (+33 6 47 08 70 46), Afrique (anglophone seulement +33 6 32 99 52 64), Allemagne (+49 172 2524054), Inde (+91 95 999 73984), Mexique (+52(1) 55 2503 9334) & LATAM (+52(1) 55 7908 2889) + Espagne (+52(1) 55 7908 2889). 

 

L’éducation aux médias et à l'information

Plus de 200 journalistes de l’association Entre les lignes issus des rédactions de l’AFP, du Groupe Le Monde (Le Monde, Télérama, Courrier international, La Vie, Le HuffPost), de l’Obs et du Monde des Ados animent des ateliers tout au long de l’année principalement dans des établissements scolaires pour susciter l’esprit critique, transmettre des outils, des réflexes, des postures. 

Sur le portail Éduthèque, l’AFP offre aux enseignants du premier et du second degré un accès gratuit à des dossiers multimédias d’archives, et à une sélection de graphiques animés, d’infographies et de vidéos, ainsi qu’à un espace intitulé « Les coulisses de l’info » dans lequel des journalistes expliquent leur métier et ses enjeux. L’offre propose un moteur de recherche sur chaque page et la possibilité de trier les contenus par niveau scolaire, enseignement ou encore par langue (français, anglais, espagnol).