Vous êtes ici

Au fil de l'AFP

Lancement de CEDMO, un pôle anti-désinformation en Europe centrale

Un centre de lutte contre la désinformation en Europe centrale, financé par l'Union européenne, a été lancé jeudi à Prague, sous la tutelle d'une alliance de chercheurs et de journalistes du fact-checking. 

Coordonné par l'université Charles à Prague, le projet vise aussi à éduquer les médias dans la région et développer des outils d'intelligence artificielle pour détecter les fausses informations. 

L'Observatoire des médias numériques d'Europe centrale (en anglais: CEDMO) réunit des partenaires locaux tchèques, polonais et slovaques, ainsi que l'AFP, leader mondial de l'investigation numérique.

Le site web du projet - cedmohub.eu - fera partie du réseau européen EDMO

"Notre objectif est de renforcer la coopération interdisciplinaire et internationale pour soutenir la résilience régionale, la cohésion sociale, le bien-être et la démocratie dans nos pays", a déclaré Vaclav Moravec, coordinateur du projet, dans un communiqué. 

L'Europe centrale est considérée comme particulièrement vulnérable à la désinformation en raison du faible taux d'éducation au sein des médias. 

Les observateurs des médias locaux signalent aussi que les pays de la région sont délibérément ciblés par la désinformation pro-russe. 

Le projet CEDMO est indépendant et non partisan. 

Christine Buhagiar, directrice de l'AFP pour l'Europe, a indiqué que le projet rassemblait "des acteurs clés... pour aider les gens à se retrouver mieux au milieu des affirmations fausses ou trompeuses potentiellement nuisibles". 

Les vérifications de faits au sein du projet - environ 40 par mois - seront fournies en tchèque, anglais, polonais et slovaque, par l'AFP et par les sites Demagog.cz, Demagog.sk, Infosecurity.sk et Konkret24. 

Le projet comprendra également des recherches universitaires sur les circuits de désinformation, la réglementation et l'impact de la désinformation sur les médias, les communautés et la société.

L'université polonaise SWPS, l'Université technique tchèque, l'Institut slovaque Kempelen des technologies intelligentes et l'université Saints Cyrille et Méthode y sont également impliqués. 

"Le CEDMO est une excellente occasion de relier les concepts théoriques et les résultats de la recherche en pratique", a déclaré Martin Solik, professeur adjoint à l'université Saints Cyrille et Méthode. 

Selon un sondage Eurostat réalisé en décembre, seuls 16% des Polonais et 19% des Tchèques vérifient des informations en ligne, soit les taux parmi les plus faibles de l'UE. 

Le taux le plus élevé a été relevé aux Pays-Bas, où 45% des personnes interrogées déclarent avoir vérifié des informations trouvées sur des sites web ou dans des médias sociaux au cours du trimestre précédent.

bur-dt/sw/as

© Agence France-Presse