Vous êtes ici

Au fil de l'AFP

L'AFP s'associe à l'Alliance africaine pour lutter contre la désinformation sur la Covid-19

L'AFP participe à une nouvelle alliance africaine pour lutter contre la désinformation autour de la pandémie de Covid-19 et sur d'autres urgences sanitaires, lancée jeudi 3 décembre par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

 

Les réseaux sociaux et les sites en ligne ont reçu un afflux important d'informations liées au COVID-19 depuis le début de la pandémie. Les informations sur le virus ont été consultées plus de 270 milliards de fois sur internet et mentionnées près de 40 millions de fois sur Twitter et sur les sites d'information des 47 états membres de la région africaine de l'OMS entre février et novembre 2020, selon UN Global Pulse, à l’initiative du Secrétaire général des Nations Unies sur les grandes données et l'intelligence artificielle.

L'Alliance pour la réponse à l'infodémie en Afrique, première initiative de ce type, rassemble 14 organisations internationales et régionales et groupes de vérification des faits ayant une expertise dans les domaines des données et de la science du comportement, de l'épidémiologie, de la recherche, de la santé numérique et des communications afin de détecter et de contrer la désinformation sanitaire préjudiciable.

Les organisations membres de l'Alliance sont les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies, la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), l'Initiative Vérifiée des Nations unies, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), United Nations Global Pulse et les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies. Parmi les organismes participants figurent Africa Check, l'Agence France-Presse, PesaCheck, Dubawa et Meedan.

Depuis son lancement en 2017, la cellule d’investigation numérique de l’AFP s’est développée pour devenir le plus grand réseau au monde de journalistes experts dans ce domaine. A ce jour, l’AFP dispose de plus de 90 journalistes chargés des enquêtes numériques couvrant 80 pays. Ils travaillent en français, anglais, espagnol, portugais, arabe, polonais, catalan, bahasa indonésia, bahasa malais, thaï, slovaque, tchèque, néerlandais, birman, BCMS (bosnien, croate, monténégrin, serbe), roumain et allemand.