Vous êtes ici

Au fil de l'AFP

La FIJ condamne l'assassinat d'un chauffeur de l'AFP à Kaboul et réclame justice

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a condamné jeudi l'assassinat de Mohammad Akhtar, chauffeur au bureau de l'AFP à Kaboul, dans un attentat suicide, et a réclamé que les responsables de l'attaque soient punis.

Mohammad Akhtar, 31 ans, père de quatre enfants dont un bébé de quelques mois, a trouvé la mort le 22 juillet dans un attentat suicide qui a fait au moins 23 morts et qui visait le général Abdul Rashid Dostum, chef de guerre et vice-président de retour d'exil. 

"La FIJ condamne l'assassinat du membre des médias Mohammad Akhtar en Afghanistan et demande justice pour lui en obtenant la punition de ceux impliqués dans cette attaque", écrit-elle dans un communiqué.  

"Cet assassinat a illustré une nouvelle fois les conditions précaires des journalistes en Afghanistan, un pays en proie à une violence ciblant des innocents sans méfiance, y compris des journalistes", déplore le communiqué.

Avec Mohammad Akhtar, l'Agence France-Presse (AFP) a perdu dimanche un troisième collaborateur à Kaboul depuis 2014. 

"Une fois de plus, notre bureau de Kaboul a subi un choc immense", avait réagi la directrice de l'information de l'AFP Michèle Léridon.   

Basée à Bruxelles, la FIJ se présente comme la première organisation mondiale de la profession avec quelque 600.000 adhérents dans 146 pays.

 

Contactez l'AFP

Vous avez une info, un commentaire à transmettre à l'AFP ? Écrivez-nous par...