Vous êtes ici

Au fil de l'AFP

Bourse anglophone AFP : félicitations aux lauréats !

Anna Mackenzie, Imran Marashli et Hillary Orinde sont les lauréats de la première bourse organisée par l’AFP pour les jeunes journalistes anglophones, à Londres et à Johannesburg. Chacun d’eux se verra proposer un CDD de six mois dans le réseau AFP en 2021.

Anna Mackenzie, 26 ans, s’intéresse aux langues depuis son plus jeune âge. Elle a étudié le français et le russe à l’Université de Glasgow et a passé de longues périodes en France, en Russie et en Allemagne, en travaillant comme enseignante, traductrice et journaliste. En 2019, elle a déménagé à Londres pour terminer son diplôme NCTJ en journalisme multimédia et a réalisé des stages dans deux journaux locaux, ainsi qu’au Sleek Magazine à Berlin. Elle se dit impatiente d’approfondir ses connaissances de journaliste multimédia au bureau de Londres. 

Imran Marashli a obtenu un diplôme d’histoire à l’Université de Cambridge en 2017. Il a fait des stages à Sky News, The Times et l’agence de presse Sportsbeat. Depuis 2017, il travaille comme assistant de rédaction pour la plateforme de streaming dédiée au sport DAZN, où il contribue à la gestion quotidienne des contenus pour le Canada et les Etats-Unis en anglais et en français, en texte et en vidéo. En plus de son travail de freelance pour plusieurs médias, il produit de façon bénévole pour le journal local South Leeds Life. Il a également des compétences en espagnol.

Hillary Orinde, 26 ans, est un journaliste et éditeur au desk numérique du Standard Media Group, au Kenya. Il est également responsable de la récente cellule de fact-checking, qui a été  à l’avant-garde de la lutte contre la désinformation autour de la pandémie de coronavirus. Il a commencé sa carrière au Standard Group en tant que journaliste multimédia stagiaire en 2017, après avoir obtenu un diplôme en Communication à l’Université Moi. Hillary parle anglais et kiswahili et a des bases de français et de mandarin.

Les lauréats ont été sélectionnés parmi plus de 600 candidats. Hong Kong, le troisième centre prévu pour cette bourse, n’a pas été en mesure d’organiser ses propres tests cette année en raison de la crise sanitaire.